• Soutenez la Réinsertion Sociale par la culture et l'art
  • Soutenez la Réinsertion Sociale par la culture et l'art
  • Soutenez la Réinsertion Sociale par la culture et l'art
  • Soutenez la Réinsertion Sociale par la culture et l'art
  • Soutenez la Réinsertion Sociale par la culture et l'art
Soutenez la Réinsertion Sociale par la culture et l'art Soutenez la Réinsertion Sociale par la culture et l'art Soutenez la Réinsertion Sociale par la culture et l'art Soutenez la Réinsertion Sociale par la culture et l'art Soutenez la Réinsertion Sociale par la culture et l'art
Accompagné par Accompagnement du projet

Soutenez la Réinsertion Sociale par la culture et l'art

Dijon Social Culture
101% 303€
sur 300€
Collecte
terminée.
Oneglia
Projet par
Oneglia
Savigny Sous Mâlain


Voir le profil - Contacter

ReSo K Projet souhaite lutter à son échelle contre la "fatalité" de la récidive des personnes placées sous mains de justices (personnes qui écopent d'une peine). Notre moyen d'action: la réinsertion sociale permise par deux formidables vecteurs, la culture et l'art. Notre but : travailler grâce à des outils culturels et artistiques sur l'estime de soi, sur la réappropriation de la parole et du corps et  de favoriser la création de liens sociaux. Nous avons donc mis en place un programme de sorties culturelles (cirque, concert, théâtre) ainsi que des ateliers théâtre avec un professionnel. Ce projet a pu voir le jour grâce au concours de l'association dijonnaise la Barque qui lutte contre l'isolement des personnes placées sous mains de justices. Ainsi nous avons travaillé en commun pour permettre aux personnes que la Barque accompagne de bénéficier du projet de Réso K. Votre aide permettra aux personnes placées sous mains de justices de participer à des ateliers théâtre et à des sorties culturelles sur Dijon.  

S'ABONNER

Description complète

 

ReSo K
(réinsertion sociale par la culture et l’art),
Quèsaco ?

 

 

>> Au commencement ReSo K projet n’était ni une association, ni une entreprise, ni un collectif. C’était une simple idée, une envie d’agir et qui a pu se concrétiser et voir le jour au cours d’un service civique à Unis-cité, dans la  promotion de Rêve et Réalise 2016-2017 à Dijon.

  • Ce projet est né d’un constat : la récidive a triplé en 10 ans et ce, malgré la multiplication des lois anti-récidive.  Il y a donc quelque chose qui ne fonctionne pas. A ReSo K nous en sommes arrivés à la conclusion que la justice française n’était pas assez investie dans la réinsertion sociale mais plutôt axée sur la répression.
  • Pour argumenter ce constat, il a fallu faire un petit tour d’horizon des articles, des comptes rendus et des chiffres fournis par l’administration pénale, le ministère de la justice ou encore le journal, Tribune du Palais.
  • Voici ce qui est apparu le plus signifiant :

En se référant à L’exploitation du casier judiciaire, SDSE, ministère de la justice, nous constatons que les sorties sèches (sans accompagnement) entraînent 69 % des récidives contre 39 % pour les libertés conditionnelles. (forme de libération où la personne placée sous main de justice finit de purger sa peine hors les murs du pénitencier, elle est suivie et accompagnée socialement). C’est dire que plus la personne est accompagnée dans un projet  de réinsertion sociale moins celle-ci récidive. C’est aussi ce que nous pouvons comprendre en regardant le graphique ci-dessous, plus il y a de contact avec la société moins il y a de récidive.

 

 

  • Par la culture et l’art : ReSo K Projet s’est aussi construit autour de ses convictions culturelles et artistiques ; deux éléments fraternisant, deux vecteurs privilégiés pour maintenir ou recréer les liens sociaux et renforcer l’estime de soi. C’est ainsi que l’on a souhaité utiliser la culture et l’art, comme outil de réinsertion sociale.

 

  • A Dijon il y déjà de nombreuses activités culturelles proposées au sein de la maison d’arrêt mais plus rien dès la sortie. C’est pourtant à ce moment que la perte des repères sociaux est immense et la solitude profonde.
  • Deux partenariats primordiaux ont été développés, l’un avec le service pénitentiaire d’insertion et de probation (SPIP) en la personne de la directrice Madame Lopez, l'autre avec l’association la Barque qui dont le président, Hubert de Carpentier est devenu parrain du projet.

 

Présentation du SPIP

Le Service Pénitentiaire d’Insertion et de Probation est l’institution publique référence en matière de récidive et de réinsertion. Il dépend directement du ministère de la justice. Le SPIP de Dijon est dirigé par Madame Christine Lopez ; différents agents de probation, psychologues, assistants sociaux, conseillers d’insertion travaillent au bon fonctionnement du SPIP.

Ce service est chargé du suivi des personnes placées sous main de justice (PPSMJ), prévenu(e)s ou condamné(e)s, et s’occupe du contrôle des privations et des restrictions de liberté de tous les détenu(e)s. Il aussi pour mission la prévention de la récidive. Il a en charge le milieu fermé (prison) et le milieu ouvert.

 

Présentation de la Barque

La Barque est une association de Loi 1901, créée en 2011. Elle travail en lien direct avec le SPIP et pour but  d’accompagner, de rompre la solitude et de favoriser la réinsertion personnes placées sous mains de justice. Les bénévoles soutiennent aussi les PPSMJ dans leurs démarches administratives, médicales, pénales, professionnelles. Enfin ils  proposent des balades, sorties et aussi une  permanence hebdomadaire au Café & co.

Depuis 6 ans elle a suivi environ 55 personnes dont une seule a récidivé.

L’accompagnement effectué par ces bénévoles est fort, aussi sont-ils toujours intéressés par de nouveaux outils qui pourraient les aider dans la lutte contre la récidive.

Les rencontrer a été décisif dans la construction de ce projet, ils ont permis de le concrétiser, ils l’ont soutenu et l’ont accompagné  depuis sa création jusqu’à maintenant. C’est donc une construction commune qui nous a permis de réaliser ce projet. Un grand merci à eux.

 

  • Concrètement :

Les actions et ateliers

ReSo K Projet, en commun avec La Barque, propose aux personnes accompagnées par l’association des sorties culturelles et des activités artistiques en vue d’une réinsertion sociale,  et surtout de proposer à ces personnes une alternative à la « fatalité carcérale ».

    1. Le programme des activités est éclectique afin de convenir à tous (du cirque dans le cadre de Cirqu’ônflex, de l’opéra, une exposition avec Itinéraires Singuliers, de la réalité virtuelle, du théâtre avec le Théâtre Mansart, de la musique avec Kulture Mix.) Faire aussi découvrir de nouvelles choses, montrer que Dijon est une ville avec de nombreuses manifestations culturelles à petits prix ou gratuites.

Dès que cela est possible des rencontres avec les artistes sont organisées ce qui permet d’échanger autour du spectacle que l’on a vu. Chaque PPSMJ a le droit à un invité, de plus, si une ou deux autres personnes veulent se joindre au petit groupe, elles sont les bienvenues, l’idée est toujours de créer du lien.

    2. Les activités artistiques : des ateliers théâtre.                                                                                             

Le théâtre est un outil merveilleux où l’expression  permet d'abord de recouvrer le droit à la parole.  La confiance se développe, on retrouve une estime de soi et on apprend à évoluer dans un groupe, à s’écouter les uns les autres. Le but n’est pas de faire de la "théâtro-thérapie" mais bien de travailler autour d’une technique comme l’improvisation, la poésie ou encore le clown pour amener à une construction commune. Cependant la personne qui animera ces ateliers devra faire preuve d’une patience, d’une écoute et d’une sensibilité particulière.

Faire appel à un professionnel, Michel Jestin en l’occurrence, est apparu nécessaire. En effet plus le public concerné est difficile plus celui-ci est exigeant. Il ne s’agit pas de faire de l’à peu près mais de proposer de la qualité afin de pouvoir réellement prétendre à un résultat si modeste soit-il.

Calendrier dix séances de travail sur 2 mois et demi seront clôturées par une restitution lors d’une soirée conviviale avec quelques invités. Un programme de dix séances peut paraître court mais les PPSMJ sont un public difficile à mobiliser d’autant plus que les suivis par le SPIP  varient.  Les ateliers se dérouleront systématiquement à la salle Aubrac située à Fontaine d’ouche, prêtée gracieusement par la ville.

NB : Les activités et ateliers ont déjà débuté pendant la première semaine des vacances, ce fut une réussite. Lors de l’atelier, après les présentations, chacun a pu exprimer ses attentes vis-à-vis du théâtre. Nous étions mélangés : PPSMJ, bénévoles de la Barque et Réso K projet, l’ambiance  était conviviale. Un bon début qui présage de belles séances d’atelier, nous attendons tous la suite.

 

 

UTILISATION DES FONDS COLLECTES


Mais pour cela nous avons besoin de votre aide, pour faire en sorte que tous les ateliers et les sorties culturelles puissent continuer. La ville nous soutient, Unis-cité contribue, tout comme le fonds d’initiative citoyen et Réso K projet. Il ne nous manque que  300 euros pour réussir.

Voici l’utilisation des fonds :

 

 

PRESENTATION DU PORTEUR DE PROJET


Bonjour!

Je m'appelle Camille, j'ai 26 ans et j'ai pu créer Réso K Projet grâce à mon service civique à Unis-cité.  En effet cette association propose, entre autre, à des jeunes de pouvoir créer leur propre projet social et solidaire en les accompagnants dans sa mise en place.

J'ai toujours été interpellé par la condition carcérale, sans raison apparente. En tout cas mon choix se renforce dès que l'on  me demande « pourquoi je m'intéresse à des gens qui "ne le mérite pas" alors que les hôpitaux grouillent de personnes qui en ont vraiment besoin». Cette réflexion m'exaspère et me révolte. Je ne connais pas personnellement les personnes qui sont incarcérées ou en milieu ouvert, je ne connais pas leur histoire, ni ce qui les a amené là, donc je ne les juge pas. Pour avoir déjà fait des ateliers à la maison d'arrêt de Dijon, j'ai rencontré des détenues qui sont comme vous et moi, j'ai rencontré des gens en grande détresse, j'ai rencontré personnes plaisantes d’autres personnes qui l’étaient moins, bref un concentré de notre société.  Je suis persuadée que chacun   mérite que l'on s'intéresse à lui, je pense que la deuxième chance doit pouvoir exister. Je vais me permettre une citation de Victor Hugo peut-être un peu facile mais que je trouve assez éloquente : "ouvrez des écoles, vous fermerez des prisons". Pour moi il est évident qu'il y a une rééducation à faire, la réinsertion ne se fait pas que en côtoyant du monde mais en le fournissant à nouveau les codes, des outils qu'ils leur permettent d'évoluer dans la société.

De plus, beaucoup se plaignent de l'augmentation de la délinquance mais peu de gens agissent car la seule solution semble la prison et de mettre un voile sur ce souci épineux. Au contraire je veux lutter contre cette délinquance en agissant. Je tiens à préciser que je ne souhaite pas la suppression des sanctions mais je crois en une justice moins répressive et d'avantage basée sur la réinsertion ou la réparation. Enfin mon action est proposée à des personnes qui ont fait actes de délits et non de crimes. 

Cette aventure n'aurait pas pu se faire sans l'accompagnement précieux de l'association La Barque que j'ai présentée plus haut. Depuis le mois de décembre j'ai rencontré à de nombreuses reprises les personnes sous mains de justices qu'ils accompagnent au Café & Co. Je suis maintenant très heureuse de pouvoir partager avec eux les moments d'ateliers et des sorties.

Petit cv au cas où cela intéresse quelqu'un: J’ai achevé mon master en ingénierie des métiers de la culture, mention spectacle vivant en 2016, d'où la dimension culturelle de mon projet. J’ai toujours fait partie de diverses associations à but social ou culturel, d’abord comme bénéficiaire des services proposés puis très vite comme bénévole.

Je tiens également à remercier toutes les personnes qui m'ont fait confiance et qui m'ont permis de construire mon projet, Unis-cité en la personne de mon coordinateur Laurent, les bénévoles de la Barque, la mairie en la personne de Madame Martin, la maison des association en la personne de Madame Fiévet, le Spip ses conseillères et sa directrice, les différents partenaires culturels (Cirqu'onflexe, le TDB et Itinéraires singuliers) pour leur écoute et leurs conseils, Michel Jestin pour sa générosité et son temps, et toutes les autres personnes qui contribueront ou qui ont contribué de près ou de loin à l'aventure ReSo K projet. Merci à tous!!!!!!!!!

Téléchargements

Actualités

Contreparties

  • Un sourire (5 euros et +)

    Nos remerciements éternels + le sourire des participants

  • Une affiche (10 euros et +)

    Nos remerciements éternels + le sourire des participantes + une affiche Reso K projet

  • Une carte dédicacée (20 euros et +)

    Nos remerciements éternels + le sourire des participantes+ une affiche Reso K projet + une carte signée par tous les participants

  • Un badge customisé (30 euros et +)

    Nos remerciements éternels + le sourire des participantes+ une affiche Reso K projet + une carte signée par tous les participants + un petit badge customisé

  • Un café offert au Café & co (50 euros et +)

    Nos remerciements éternels + le sourire des participantes+ une affiche Reso K projet + une carte signée par tous les participants +un petit badge customisé + un café (ou autre) offert au café & co avec les gens de la Barque